Pédiatrie / Puériculture

Les substances toxiques auxquelles peuvent être exposés les enfants (Tests faits pas le magazine QUE CHOISIR de février 2015) :

  • Les matelas à langer : ne pas acheter la marque Babycalin, cette marque peut provoquer des irritations.

  • Les lingettes et laits de toilette : la plupart des lingettes contiennent du phénoxythanol et/ou du paraben en guise de conservateur. L'un est toxique pour le foie et l'autre est un perturbateur endocrinien. Dans les laits de toilette on retrouve des substituts de paraben provoquant de l'eczéma. Il est préférable d'utiliser de l'eau et du savon ou du liniment oléocalcaire lors du change de votre enfant.

  • Les couches : les résultats sont plutôt corrects même si l'on retrouve souvent un pH peu élevé et 4 marques / 11 testées contiennent 1 à 2 HAP (hydrocarbures aromatique polycyclique) en petite quantité.

  • Les tapis de jeux et puzzles : ne pas acheter les tapis Bruin de Toys R Us, ils contiennent un taux trop élevé de formanide. Les autres contiennent des phlatates en petite quantité. Il est important d'aérer le tapis après l'ouverture pour éliminé les odeur et les substances toxiques.

  • Les tapis d'éveil : ce sont des articles globalement sûrs, c'est la catégorie qui pose le moins de problème.

  • Les tétines : ne pas acheter les tétines Tigex Hello Kitty. Les autres sont exemptes de toutes substances toxiques.

  • Les peintures : elles émettent des grandes quantités de composés organiques volatiles (COV). Certains sont toxiques par inhalation. Il est important de bien aérer les pièces une fois la pose de la peinture terminé.

  • Les bodys : le résultats est globalement satisfaisant. Cependant il est préférable de choisir des bodys sans imprimés et toujours les lavés avant la première utilisation.

Les couches :

Le magazine QUE CHOISIR a testé 14 marques de couches. Voici le tableau paru en Mai 2015 retraçant les résultats obtenus : TÉLÉCHARGER LE TABLEAU

 

 

 

 

LES ÉCRANS : PAS TRES BON POUR LES ENFANTS !

Des études récentes ont montré que chaque foyer possède en moyenne 9 écrans et que les enfants y sont exposés de plus en plus tôt. Elles différencient la télévision, qui est un écran passif, des tablettes, qui sont plutôt des écrans actifs.
Enfin, elles montrent que les enfants qui y sont exposés trop souvent, présentent plus de troubles du langage, de l'attention et du sommeil, sont plus anxieux et moins sociables que les enfants qui ne sont jamais devant les écrans. Les observations montrent également une nette amélioration de ces troubles dès que les écrans sont supprimés.

Il peut arriver que les enfants utilisent les tablettes et téléphones comme une sorte de « doudou » et qu'ils ne manipulent quasiment plus d'objets réels. Or, à cet âge, la manipulation des objets leur permet de prendre conscience du poids, de la taille, de la texture de ce qu'ils touchent et ainsi de prendre conscience de leur corps et du monde qui les entoure. Les écrans risquent alors de court-circuiter les grandes étapes du développement moteur et sensoriel de l'enfant.

 

L'accès aux écrans devra donc être moduler en fonction de l'âge des enfants.

 

Quelques informations à connaître :

  • La télévision n'est pas recommandée avant l'âge de 2 ans
  • Dès le départ, les parents doivent imposer un quota d'écran
  • Il ne faut jamais laisser un enfant seul devant un écran
  • Attention aux publicités qui peuvent avoir une mauvaise influence sur les enfants
  • Veiller à ne pas les laisser regarder les journaux télévisés avant l'âge de 6 – 7 ans, période à laquelle ils sont capables de faire le différence entre monde réel et monde virtuel
  • Un poste de télévision allumé coupe la communication de l'adulte vers l'enfant et empêche sa concentration
  • Il est conseillé d'emmener les enfants au cinéma à partir de 3-4 ans
LES SORTIES EN TOUTES SAISONS

« Peut-on sortir les enfants par tous les temps ? »

En général, l'air extérieur est plus pur et mieux oxygéné que l'air de nos maisons. Attention, « sortir les enfants » ne veut pas dire « faire les courses avec eux ». Les jeux d'extérieur donnent aux enfants une meilleure appréhension de l'espace et la marche est bénéfique pour l'ossification du squelette, le transit intestinal et la respiration. Le soleil sur la peau est indispensable pour fabriquer de la Vitamine D, qui nous permet de lutter contre le rachitisme et aussi la dépression.

Les changements de température entre l'intérieur et l'extérieur renforcent les défenses immunitaires et le fait de marcher sous la pluie apporte de la détente. Les activités de plein air permettent de se défouler et de favoriser le sommeil.

 

 

 

Même s'il fait très chaud ou très froid, un enfant habillé en conséquence peut sortir 2 à 3 heures par jour, en évitant les températures les plus extrêmes (on sort plutôt le matin et le soir en période de canicule et plutôt en mi-journée au cœur de l'hiver). En été, protéger l'enfant des coups de soleil implique de lui mettre une chemisette à manche longue ou de la crème solaire indice 50 et bien sûr un chapeau.

 

 

Seules réserves :

Les temps de brouillard pendant lesquels la pollution s'accumule peuvent interdire les sorties. La fièvre de plus de 38°5 ou une maladie grave peuvent contraindre les enfants à se reposer, et donc à éviter des jeux dynamiques en plein soleil ou sous la pluie. Mais un rhume (nez qui coule, yeux rouges, toux bénigne) ne s'aggravera pas à l'extérieur si on a pris soin de mettre à l'enfant bonnet et écharpe.

En pratique, à la crèche :

Dans le groupe « Les P'tits Loups », les enfants sont installés dehors dans une poussette ou un relax, à l'abri du soleil, les jours sans vent et sans pluie, pour des périodes d'1heure au plus. Mais nos pièces sont aérées plusieurs fois par jour.

Dans le groupe 'Les chaperons rouges », si on ne les sort que lorsque la pelouse n'est pas mouillée, on utilise régulièrement la véranda, dans laquelle ils peuvent jouer devant les portes ouvertes.

Dans le groupe « les Maîtres Chats », on essaie de jouer dans le jardin le plus souvent possible. Si le bac à sable n'est ouvert que quand il est sec, le toboggan est essuyé et on sort les ballons, les tricycles et les pousse-pousses. Quand le jardin n'est pas praticable, une promenade dans les bois peut être organisée, sauf les jours de forte pluie.

 

    1. Loiseleur – Pédiatre du Multi-accueil

Le mot de la pédiatre : L'hygiène dentaire

Les germes dentaires sont protégés des caries par du fluor oral quotidien donné à partir de l'âge de 6 mois (Fluostérol : 1 dose par jour ou Zymaduo 150 ui : 4 gouttes par jour).

Dès l'apparition des 1ères dents, on peut les nettoyer une fois par jour, doucement, à l'aide d'un coton-tige humide.

A partir d'un an, l'enfant peut commencer à brosser ses dents par imitation avec un tout petit peu de dentifrice (adapté à l'âge), les parents complétant se brossage, une fois par jour (de préférence le soir). A 2 ans, la supplémentation journalière en fluor (Zymafluor) peut être arrêtée si le brossage des dents est devenu bien régulier. Dès que l'enfant sait cracher (vers 2 ans et demi – 3 ans) le brossage se fait 2x/jour avec un dentifrice fluoré 2 à 6 ans.

Il faudra alors garder l'habitude du brossage dentaire régulier  pour pouvoir dire « au revoir les caries » !!!

Loiseleur (pédiatre)